Mis à jour le 2016-02-11 00:00:00.0

Groupe opérationnel 4 : Logistique et transport de marchandises

Complémentarités des modes de transport, qualité de service et efficacité des transports non routiers, politiques publiques et organisations logistiques, marchandises en ville, optimisation et gestion des flux, technologies de rupture.

Président
Olivier MAUREL (société Ilog)

Vice-Présidents
Nathalie FABBE-COSTES (Cret-Log)

Secrétaire chef de file
Michel JULIEN (MEDDE / DRI)

Autres financeurs
ADEME
ANR
FUI
OSEO




Recueil des recherches «Logistique et transport de marchandises»
(octobre 2013)
Liste des recherches «Logistique et transport de marchandises»
(octobre 2013)

Synth?ses et diaporamas des ateliers du GO4 au carrefour mi-parcours (mai 2011)

Protocole d'accord d'août 2008

Objectifs

Le défi des transports de marchandises, qui figurait dans les priorités du Predit 3, reste à relever, surtout en ce qui concerne les modes interurbains non routiers, dont la part de marché est toujours insatisfaisante. Qualité de service, suivi des marchandises, sûreté, optimisation de l'usage des
infrastructures, efficacité des ruptures de charges dans le transport intermodal, interfaces avec le maritime ou l'aérien, sont les thèmes qui structurent l'effort de recherche.

Axes de travail

Ce groupe traite à la fois de technologies, de services et de connaissances pour les politiques de transport. Les progrès réalisés dans la distribution urbaine sont poursuivis. Des solutions innovantes sont recherchées pour le transport de moyennes distances, sans considérer que le mode routier est seul pertinent dans ce domaine. La croissance importante du trafic maritime impose des progrès dans l’efficacité des transbordements pour assurer une desserte multimodale plus efficiente des ports et la compétitivité des ports français en Europe. Et bien entendu, la productivité et la fiabilité du fret ferroviaire et du transport fluvial devront mobiliser toutes les énergies nécessaires pour permettre de réaliser les objectifs ambitieux tracés par le président de la République.
Cependant, sachant que le transport routier va rester dominant pendant de longues années encore, tout progrès dans la part modale des modes alternatifs passe par les processus de massification à l'amont et démassification à l'aval, et que ce mode routier demande donc des efforts de rationalisation interne et d’adaptation à l’intermodalité.

Consulter le programme de travail du Predit 4 pour en savoir plus