Le Predit

Sommaire

Enjeux

Dans le domaine des transports terrestres, la France s’est dotée, depuis le début des années quatre-vingt-dix, d’un outil de coordination des incitations pour la recherche et l’innovation : le Programme de recherche et d’innovation dans les transports terrestres.

Porté par les Ministères chargés de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, de l’Écologie et du Redressement Productif, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), l’Agence de l’innovation Bpifrance et rejoints par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2005, le dispositif de programmation et de suivi est défini par un protocole d’accord signé par les ministres et présidents d’agences impliqués. Ce dispositif interministériel permet la mise en cohérence des objectifs poursuivis par les différents financeurs relativement à la politique des transports, au développement du potentiel de recherche ou à la compétitivité des entreprises. Avec les réseaux d’experts qu’il rassemble, il constitue un atout reconnu pour la gouvernance de la recherche pour les transports terrestres.

Les transports sont particulièrement impliqués dans les enjeux du développement durable, c’est-à-dire par la recherche d’équilibres entre enjeux environnementaux, économiques et sociaux. La place de la mobilité dans les modes de vie contemporains est très importante (recompositions familiales, fractionnement des parcours professionnels, allongement des durées de vie et de retraite…) ; elle est de plus en plus au cœur des systèmes de production et de distribution des marchandises (globalisation, éclatement des lieux de production, réduction des stocks). Mais cette place de la mobilité est pour partie liée au faible coût relatif des transports, alors que la contribution de ce secteur aux pollutions locales (polluants réglementés ou non, bruit) et globales (effet de serre) est majeure, et que les problèmes de congestion sur des infrastructures de plus en plus difficiles à financer et à réaliser sont préoccupants pour l’avenir.

Les entreprises françaises de ce secteur (industrie, opérateurs, services) ont un rang important en Europe et dans le monde. Mais elles ont à faire face à un marché et une concurrence mondialisés, à une réduction relative de leurs marchés nationaux au profit de marchés lointains à normes sensiblement différentes. Dans ce contexte, la recherche et l’innovation forment aujourd’hui des paramètres majeurs de la compétitivité et, par là, de l’emploi, et les équipementiers (de rang 1 et même de rang 2), grandes entreprises ou PME, y prennent une part de plus en plus significative.

Il résulte de cet ensemble de faits que les enjeux de politiques publiques et les enjeux industriels de ce secteur d’activité sont fortement imbriqués (véhicules propres, sécurité routière, réseaux de transports collectifs, organisation de l’intermodalité...), ce qui justifie l’intérêt et la nécessité d’une coordination interministérielle des soutiens à la recherche et à l’innovation.

Haut de page

Quatrième programme depuis 1990

  • Le Predit 1 (1990-1994) fut principalement consacré aux innovations technologiques dans les véhicules : TGV, véhicules automobiles, métro automatique léger.
    Ce premier programme a bénéficié de 2,6 milliards de francs (396,4 millions d’euros) de fonds publics.
  • Le Predit 2 (1996-2000) a couvert un champ sensiblement plus large, s’agissant des disciplines engagées (implication des sciences de l’homme et de la société, des sciences de la vie…), mais aussi des objets de la recherche (organisation des services de transport, marchandises, interfaces portuaires…).
    Ce deuxième programme a permis d’engager environ 1400 recherches et a reçu plus de 300 millions d’euros de fonds publics.
  • Le Predit 3 (2002-2007) a été marqué par un effort accentué sur les transports de marchandises et les questions énergétiques et environnementales, effet de serre particulièrement, ainsi que par une diversification des recherches sur la sécurité.
    Ce troisième programme a été doté de 360 millions d’euros de fonds publics.
    En savoir plus sur le bilan du Predit 3
  • Le Predit 4 (2008-2013) a été officiellement lancé le 19 juin 2008.
  • Depuis le 31 décembre 2013, une nouvelle plate?forme interministérielle sur les mobilités futures en cours de définition (enjeux, objectifs) entre partenaires sur les bases du consensus de principe manifesté en octobre 2013 en clôture du Carrefour final (Paris – Palais Brongniart)

Haut de page

Le Predit 4 et après : bilan critique et dynamique

Le Predit 4 en bref, six années d'activité

Le Predit 4 et après : bilan critique et dynamique

Le programme de recherche et d’innovation dans les transports terrestres (« Predit ») est une plate-forme de coordination et de valorisation des soutiens à la recherche et à l’innovation dans le champ des transports terrestres, associant :

  • les 3 ministères chargés de l’écologie et des transports (MEDDE), du redressement productif (MRP) et de la recherche (MESR),
  • et 3 agences, à savoir les agences de l’innovation (Oséo, intégrée en 2013 à l’ensemble Bpifrance), de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) ainsi que l’agence nationale de la recherche (ANR).

Le Predit, issu du PRD3T (1983-1988) des années 1980 et reconduit de cinq ans en cinq ans depuis 1990, vient d’achever sa quatrième édition (2008-2012, prolongée à 2013), dite « Predit 4 ». Aujourd’hui, début 2014, toutes les parties prenantes sont associées dans un processus de reconfiguration du Predit en vue de lancer un nouveau cycle sur des bases sensiblement refondées.

Champ thématique : mobilité « terrestre » hors infrastructures

Le Predit 4, comme ses prédécesseurs, a pu appréhender l’ensemble du champ de la mobilité « transports terrestres », voyageurs et marchandises, tous modes (sauf l’aérien et le maritime, uniquement abordés par leurs interfaces terrestres) ; toutes problématiques d’urbanisme et de territoires mettant en jeu des questions de mobilité incluses.

Les sujets relatifs aux infrastructures n’étaient en principe admis que sous l’angle de l’exploitation et du service ? une limitation périmée qui devrait disparaître dès le prochain cycle du Predit.

La structure

Le Predit 4, présidé par une personnalité qualifiée, Jean-Louis Léonard, auparavant président du Predit 3 et ancien député de Charente-Maritime, était doté de deux instances de décision et d’orientation (respectivement son comité de pilotage ?CoPil- et son conseil d’orientation stratégique -COS), ainsi que de six groupes opérationnels (GO) et d’un secrétaire permanent.

Le secrétaire permanent était et reste placé auprès du directeur de la recherche et de l’innovation (DRI) au sein du Commissariat général au développement durable (CGDD) du MEDDE. La DRI agit d’une part en tant que l’un des financeurs du périmètre du Predit, d’autre part en assurant le « secrétariat permanent » (SPP) de ce programme interministériel dont elle a fourni l’essentiel des moyens de fonctionnement et d’animation.

Le protocole d’accord du Predit 4

Selon le protocole d’accord signé en 2008, les objectifs budgétaires du Predit 4 sur les 5 années initiales, ventilés par financeur et par thème, s’élevaient à 400 M?, susceptibles de soutenir un volume de projets de l’ordre d’1 milliard d’euros. Cette enveloppe (périmètre budgétaire du Predit) correspond à la consolidation de crédits incitatifs à la recherche et à l’innovation qui restent administrés par les cinq financeurs (MEDDE, FUI, Oséo, ANR, ADEME). Le Predit ne gère en propre aucun crédit incitatif. De plus, le Predit n’en a mis en œuvre qu’une très faible partie en émettant directement les appels à projets de recherche (APR) correspondants sur des crédits MEDDE et ADEME (6% des financements de projets hors Oséo, 4% en considérant les projets Oséo qui ne procède pas par appel à projets, mais en mode guichet). Le reste des crédits a été opéré par les services et agences gestionnaires selon leurs propres procédures.

Les deux graphiques ci-dessous comparent, par financeurs puis par thèmes, les objectifs du protocole sur 5 ans aux réalisations effectives à la fin octobre 2012 (crédits incitatifs effectivement mobilisés dans le périmètre du Predit 4 de juillet 2008 jusqu’en octobre 2012, date d’arrêt des données d’activité arbitrairement fixée en vue de l’évaluation du Predit 4).

À cette date, hors Investissements d’avenir et Fonds démonstrateurs (dispositifs institués en cours de période), on atteignait 349 M? de crédits incitatifs attribués à 1121 projets financés représentant un volume projets total de l’ordre de 1,12 Md?.

NB : On a surajouté en bleu sombre la mention des fractions traitées en appels à projets (APR) directement confiés aux GO du Predit.

Par financeurs

Par thèmes

Haut de page

Objectifs du Predit 4, priorités thématiques et groupes opérationnels

Les sujets traités dans le cadre du Predit 4 étaient au cœur des enjeux du développement durable et de la transition écologique. La lutte contre l’effet de serre a été posée comme enjeu majeur. Elle nécessite des développements technologiques, mais aussi des études relevant du champ de l’économie, de la sociologie ou bien encore de l’organisation et de l’optimisation des systèmes.

Réduire d’un facteur 4 les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, réduire les impacts sur la biodiversité et les écosystèmes, favoriser le développement de l’intermodalité et des modes non routiers tout en garantissant la libre circulation des personnes et des biens, telles sont les références de politiques publiques qui ont guidé les actions du Predit 4.

Ces objectifs se retrouvent aujourd’hui inscrits dans la feuille de route pour la transition écologique tout particulièrement dans le domaine énergétique et dans celui des risques sanitaires environnementaux.

Parallèlement à ces priorités environnementales, les efforts importants consacrés à la sécurité routière dans le programme 2002-2007 ont été poursuivis et élargis à l’ensemble des modes et des types de systèmes de transport.

Enfin, et c’est également d’un enjeu majeur, le Predit 4 s’est attaché à aider les acteurs nationaux des industries du transport à relever les défis de compétitivité auxquels ils sont confrontés, qu’il s’agisse de défis technologiques, de fabrication ou bien encore d’organisation.

Ces objectifs généraux avaient été déclinés en six priorités, dont la mise en œuvre a été confiée à autant de groupes opérationnels (GO), chacun dans sa thématique :

  • GO1 « Energie et environnement »
  • GO2 « Qualité et sécurité des systèmes de transport »
  • GO3 « Mobilité dans les régions urbaines »
  • GO4 « Logistique et transport de marchandises »
  • GO5 « Compétitivité de l’industrie des transports »
  • GO6 « Politiques publiques ».

Ces 6 GO du Predit 4 ont été à la fois ses chambres d’expertise spécialisée et ses structures actives d’animation thématique.

Ils étaient constitués d’experts du domaine représentant les diverses communautés concernées : recherche académique, industrie, opérateurs, collectivités, services de l’Etat. Ils ont été des lieux d’échanges, des relais de capitalisation et des réservoirs d’expertises. Ils se sont réunis en moyenne 2 à 3 fois par an en réunion plénière et organisaient par ailleurs des séminaires de suivi scientifique des projets. Certains d’entre eux ont mis en œuvre directement des appels à projets. Chacun était doté d’un secrétaire chef de file issu d’un des organes financeurs du Predit, d’un président externe à l’administration ainsi que d’un « bureau » de 3 à 5 membres supplémentaires.

Tous les projets du périmètre de financement du Predit 4 ont été imputés à l’un des GO, comme suit : rattachement évident dans le cas d’un appel à projets (APR) traité par un GO ; à défaut, rattachement opéré ex post selon une logique thématique. L’héritage du Predit 3 (recherches financées sous le régime du Predit 3 et achevés au cours du Predit 4) a également été réparti thématiquement entre les GO pour le suivi et la valorisation de ces projets mais n’est pas considéré par les statistiques fournies ici.

Le premier graphique ci-dessous redonne la ventilation par thèmes (et donc par GO) des 349 M d’euros ce crédits incitatifs mobilisés. Le deuxième graphique, à la suite, en donne la distribution par effectifs de projets.

On peut estimer à 9% la part des aides consacrées à des projets à dominante SHS (« connaissance » vs « technologie »). Lors du Predit 3, ce ratio avoisinait les 11%.

On peut estimer à 18% la proportion des projets à dominante SHS (« connaissance » vs « technologie »). Lors du Predit 3, ce ratio avoisinait les 29%.

ATTENTION : Les éléments de bilan du Predit 4 donnés ci-dessous se réfèrent essentiellement à l’activité liée aux portefeuilles de recherches des six GO. Il n’est pas rendu compte, dans ce document, d’autres activités du Predit, transversales ou spécialisées (comme par exemple les divers partenariats : la coopération bilatérale Deufrako, les stratégies d’articulation avec le 7e PCRDT, les coopérations développées dans le cadre de l’ERA-NET Transport ou encore le programme Electromobilité +).

Haut de page

Thème par thème : axes de travail et bilan critique du Predit 4, vision prospective post-Predit 4

Dès début 2009, chacun des six GO du Predit avait décliné sa priorité thématique en une série d’axes de travail. Le bilan thématique Go par GO contient :

  • le rappel de ces axes de travail, tels qu’énoncés en début de période,
  • la synthèse du bilan critique que le GO a lui-même tiré de son action, courant 2013,
  • trois graphiques en regard, qui donnent : les objectifs budgétaires initiaux fixés par financeurs pour ce thème ; les crédits effectivement mobilisés, également par financeurs ; la distribution par financeurs des projets financés, en effectifs (avec la mention, en bleu, des fractions traitées en appels à projets ? APR - directement confiés aux GO du Predit),
  • ainsi que leur vision prospective telle qu’affirmée collectivement en fin de période (les priorités de demain).

Le GO1 « Energie et environnement »

Le GO2 « Qualité et sécurité des systèmes de transport »

Le GO3 « Mobilité dans les régions urbaines »

Le GO4 « Logistique et transport de marchandises »

Le GO5 « Compétitivité de l’industrie des transports »

Le GO6 « Politiques de transport »

Haut de page

Recherches et innovations technologiques majeures, avancées remarquées sur la connaissance des comportements entre 2008 et 2013 (Prix du Predit)

37 pas remarquables sur la voie de la mobilité durable de 2008 à 2013 : le palmarès du Predit 4

Parmi les 1121 projets générés, 37 d’entre eux, dont la qualité et l’impact font référence au regard des priorités du programme, ont été couronnés par les prix décernés en deux vagues, d’abord dans le cadre du Carrefours à mi-parcours du Predit 4 en 2011 puis à l’occasion de son Carrefour final fin 2013.

Les projets lauréats portent autant sur des avancées technologiques que sur la connaissance et l’anticipation des comportements de mobilité (passagers et fret), notamment dans leur articulation avec l’aménagement et l’urbanisme. Cette sélection de projets d’excellence illustre la diversité et la richesse du champ couvert, au service des grands objectifs assignés au Predit 4

Prix GO1 « Énergie et environnement »

Catégorie « Energie et environnement » / technologies (3 prix)

Prix 2013

  • InterMAC : modélisation de l’Interac-tion flamme-paroi dans les Moteurs à Allumage Commandé
    Porteur : IFP-EN
    Financement : ANR 2008
  • HYDOLE : véhicule hybride à dominante électrique rechargeable bi-mode (électrique pur et hybride)
    Porteur : PSA
    Financement : ADEME 2009 (fonds « démonstrateurs »)/
  • CONCIGI_HT : Convertisseur alternatif-continu Compact et à Isole-ment Galvanique Intégré Haute Ten-sion
    Porteur : Laboratoire Laplace (Toulouse)
    Financement : ANR 2008

Prix 2011

  • Osccar Nox : simulation et compréhension de la catalyse de réduction des NOx . Application à la SCR à base d’urée
    Description : ce projet s’intéresse au très sérieux problème de l’adaptation des petits moteurs diesel aux enjeux
    de santé publique liés aux oxydes d’azote, problème important pour l’industrie automobile nationale.
    Financement : FUI (Fonds unique interministériel pour la compétitivité des entreprises)
    Coordinateurs : Xavier Jeandel et Pierre Darcy, Renault
    Autres partenaires : CERTAM (Centre d’Etude et de Recherche en Aérothermie Moteur), LCS (Laboratoire de Catalyse et Spectrochimie - CNRS, Université de Caen, ENSI Caen), LRS (Laboratoire de Réactivité de Surface - CNRS et Université P. et M. Curie), Société LMS-Imagine
  • TOM (Two mode engine) : moteur pour poids lourds aux normes Euro VI avec mode de combustion homogène ou conventionnelle
    Description : ce projet a exploré le potentiel d’une combustion à bas niveau d’oxydes d’azote pour les futurs moteurs utilisés dans les poids lourds routiers. Il a permis d’atteindre avec succès l’objectif initial, c’est-à-dire limiter les émissions de NOx formées au cours de la combustion, sur une zone du champ moteur située jusqu’à mi-charge.
    Financement : ANR (Agence nationale de la recherche)
    Coordination : Benoît Lombard, Renault Trucks
    Autre partenaire : IFP Energies nouvelles
  • STEEM : Tramway à haute efficacité énergétique
    Description : le projet STEEM traite des tramways. Il a poursuivi deux objectifs. D’une part, il a cherché à augmenter l’efficacité énergétique de ces véhicules. D’autre part, l’utilisation de super-condensateurs et de batteries nickel-métal-hydrure a été étudiée dans l’objectif de supprimer la ligne de contact aérienne sur une partie du parcours.
    Financement : ADEME (dans le cadre du plan Véhicules propres et économes lancé en 2004)
    Coordinateur : Jean-Paul Moskowitz, Alstom Transport
    Autres partenaires : RATP, SAFT, CONVERTEAM, G2Elab, IFSTTAR
Catégorie « Énergie et environnement » / impacts (1 prix)

Prix 2013

  • GRAPHAB : graphes paysagers et évaluation de l’impact de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône sur la connectivité spatiale des habitats : conséquences sur les distributions d’espèces
    Porteur : THéMA-Besançon (Université de Franche-Comté)
    Financement : MEDDE/DRI 2008

Prix 2011

  • Exposition des citadins aux polluants atmosphériques au cours de leurs déplacements dans l’agglomération parisienne ? nouvelle évaluation dix ans après
    Description : cette étude vise à établir les niveaux d’exposition auxquels sont soumis les franciliens lorsqu’ils se déplacent en région parisienne entre domicile et lieu de travail, aux heures de pointe, en utilisant différents modes de locomotion. Les données ont été comparées aux résultats de la même enquête dix ans auparavant.
    Financement : ADEME (dans le cadre du programme Primequal-Predit)
    Coordination : Claudine Delaunay, Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris
    Autre partenaire : RATP

Prix GO2 « Qualité et sécurité des systèmes de transport »

Catégorie « Qualité et sécurité des systèmes de transport » / connaissances (1 prix)

Prix 2013

  • AJAR : aspects juridiques des aides au respect de la règle
    Porteur : IFSTTAR
    Financement : Min.Intérieur / DSCR 2010

Prix 2011

  • CESIR-A : Influence de la consommation de médicaments sur la sécurité routière
    Description : l’objectif est d’étudier le risque d’accident lié aux médicaments, en mettant en regard les données de remboursement des médicaments de l’Assurance Maladie avec celles sur les accidents de la circulation recueillies par les forces de l’ordre
    Financement ANR
    Coordination : Emmanuel Lagarde, Inserm Unité 897
Catégorie « Qualité et sécurité des systèmes de transport » / technologies (1 prix)

Prix 2013

  • SPEEDCAM : détermination de la limitation de vitesse par fusion vision/ cartographie numérique
    Porteur : ARMINES
    Financement : ANR 2009

Prix 2011

  • SURTRAIN : surveillance des transports en commun par l’image et le son
    Description : l’approche de Surtrain vise à automatiser la détection de situations anormales à bord d’un train par l’analyse d’images vidéo et de l’ambiance sonore. Elle a également pour but d’alerter les personnels concernés et de les aider au suivi, dans le train, des auteurs d’actes délictueux par l’image
    Financement : ANR
    Coordination : Frédéric Heer, Société EOLANE
    Autres Partenaires : CEA List, Ifsttar Leost, SNCF

Prix GO3 « Mobilité dans les régions urbaines »

Catégorie « Mobilité dans les régions urbaines » / connaissances (1 prix)

Prix 2013

  • Faisabilité d’une enquête globale transport intégrale par association d’un GPS, d’un SIG et d’un système expert en Ile-de-France
    Porteur : IAU Ile-de-France
    Financement : MEDDE/DGITM 2009

Prix 2011

  • Le concept de ville cohérente : réponse aux débats entre ville étalée et ville compacte
    Description : on désigne par « ville cohérente » un agencement urbain tel que chacun puisse atteindre en moins de x minutes son lieu de travail. Parmi les questions soulevées dans ce projet : cet agencement est-il possible en ?le-de-France ? Quelle part de la population concerne-t-il ? etc.
    Financement : ADEME
    Coordination : Laboratoire Ville Mobilité Transports (Ifsttar, Université Paris Est, Ecole des Ponts)
    Autres partenaires : Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris Est, Créteil
Catégorie « Mobilité dans les régions urbaines » / services (1 prix)

Prix 2013

  • INCIT+ : Expérimentation d’une plate-forme collaborative et de ses outils nomades associés pour inciter et va-loriser l’utilisation des transports alter-natifs à l’échelle de la région urbaine du Choletais
    Porteur : Transway
    Financement : MEDDE / DRI 2009

Prix 2011

  • Développer une infrastructure de covoiturage? Opportunité et spécifications d’une organisation fonctionnelle et spatiale en vue d’une expérimentation en Ile-de-France
    Description : le covoiturage est une des clefs pour améliorer à court terme la durabilité du système de mobilité. La présente étude montre que le développement d’un réseau de stations de covoiturage favoriserait une pratique plus massive.
    Financement : MEDDTL (Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer)
    Coordination : Alain Bloch, Setec international
    Autres partenaires : 6-T, AlyceSofreco, Setec-ITS

Prix GO4 « Logistique et transport de marchandises »

Catégorie « Logistique et transport de marchandises » / connaissances (1 prix)

Prix 2013

  • ALF : Aires de livraison du futur
    Porteur : Ecole Centrale de Lyon
    Financement : MEDDE/DRI 2009

Prix 2011

  • LMD - Logistique mutualisée durable
    Description : cette recherche vise à préparer le développement d’une plate-forme technologique permettant la mise en commun et la gestion mutualisée de ressources logistiques (entrepôts, camions ?) ainsi que le développement de méthodologies de pilotage de processus de collaboration, le tout dédié aux PME du secteur du transport de marchandises et de la logistique.
    Financement : ADEME
    Coordination : Xavier Perraudin alors chez Bénédicta Heinz et Sami Sboui, EuroMedTextile
    Autres partenaires : École des Mines de Nantes, CNRS- Laboratoire d’Informatique de Paris 6, Université de Picardie Jules Verne
Catégorie « Logistique et transport de marchandises » / technologies et services (1 prix)

Prix 2013

  • LUMD : Logistique urbaine mutua-lisée durable
    Porteur : Presstalis
    Financement : FUI 2008

Prix 2013

  • R-Shift-R : Réorganisation du système de transport de fret autour du concept R-shift-R
    Description : le projet a conduit des réflexions approfondies sur le concept d’un matériel ferroviaire innovant dans un contexte de transport combiné à « haut débit » correspondant à un objectif hautement stratégique de transfert modal massif à l’horizon 2050.
    Financement : MEDDTL (DRI) et Ademe (plan VPE)
    Coordination : Yann Tréméac, Bureau d’études TL et Associés
    Autres partenaires : Laboratoire d’Economie des Transports, INSA Lyon, Association pour la Promotion du Ferroutage

Prix GO5 « Compétitivité de l’industrie des transports »

Catégorie « Compétitivité de l’industrie des transports » (2 prix)

Prix 2013

  • ALMA : architecture et technologies pour réduire la consommation unitaire des véhicules en jouant sur la masse, l’aérodynamisme et les frottements
    Porteur : Renault
    Financement : FUI 2010
  • FERROCOTS : application de techno-logies numériques au contrôle-com-mande ferroviaire en utilisant des composants « sur étagère »
    Porteur : Bombardier
    Financement : FUI 2008
  • Prix 2011

    • Aros : Suite logicielle pour la conception et le prototypage rapides d’applications distribuées robustes pour la sécurité et la mobilité dans les transports
      Description : le monde de l’automobile vit une profonde mutation, notamment par l’accroissement constant de la part de l’électronique dans la valeur d’un véhicule. Le projet AROS développe donc une nouvelle plate-forme de développement temps réel orientée composants afin de franchir une nouvelle étape : celle des systèmes distribués, en plein essor.
      Financement : ANR
      Coordination : Arnaud de la Fortelle, Armines - Mines-ParisTech
      Autres partenaires : Valeo, Inria, Intempora SA
      Projet labellisé par le pôle compétitivité Systematic
    • O2M : Outils de modélisation mécatronique
      Description : le programme O2M développe une nouvelle génération d’outils pour étayer le processus de conception mécatronique. Il assure la transition vers de nouvelles pratiques de conception, et permet aux ingénieurs de se concentrer sur les tâches à haute valeur ajoutée pour les rendre encore plus compétitifs.
      Financement : FUI
      Coordination : Denis Barbier, Valéo
      Autres partenaires : Altair Engineering, Armines, CDM, CADLM, Cedrat S.A, CNRS Délégation Normandie (CNRT), Continental Automotive, Dassault Systèmes, DPS, Ecole Centrale de Lyon (AMPERE), IRSEEM, LEONI, Ligeron, LNE, Renault, Samtech, Schneider Toshiba Inverter Europe, Sherpa Engineering, Supelec, Supmeca, Thalès, Université de Versailles St Quentin, Valéo Etudes Electroniques, Valéo Management Services, Valéo Sécurité Habitacle
      Projet labellisé par le pôle compétitivité Systematic et Movéo

    Prix GO6 « Politiques de transport »

    Catégorie « Politiques de transport » (1 prix)

    Prix 2013

    • Trajets et mobilité des ménages : choix individuels et collectifs
      Porteur : Laboratoire Thema-Cergy (Université de Cergy-Pontoise)
      Financement : ADEME et MEDDE/DRI 2009

    Prix 2011

    • Prospective pour un financement durable des transports publics
      Description : cette recherche est partie du constat du risque d’une crise financière, à terme, dans les transports publics. La recherche s’est donc attachée à décomposer les variables déterminantes pour bâtir quatre scénarios pour 2015, compte tenu de l’urgence. L’ambition de ce travail était en effet de fournir des concepts opérationnels à moyen terme.
      Financement : MEDDTL (Direction de la Recherche et de l’Innovation)
      Coordination : Bruno Faivre d’Arcier, Laboratoire d’Economie des Transports (Lyon)
      Autres partenaires : Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris-Est Créteil, Delft University (Pays-Bas)

    Prix Inter-GOs

    Catégorie PME (2 prix)

    Prix 2013

    • INDUCT : Développement d’un véhicule urbain électrique éco-conçu et recy-clable et d’une solution de parking dense, robotisé, autonome pour une utilisation économique et intelligente en auto-partage et/ou en libre service
      Porteur : Société Induct
      Financement : Bpifrance 2011
    • Système de péage en flux libre sans portique avec reconnais-sance de classification, détection de badges et contrôles anti-fraude
      Porteur : Société MultiToll Services
      Financement : Bpifrance 2010

    Prix 2011

    • Développement d’un autobus électrique et de chaînes cinématiques électriques
      Description : PVI est aujourd’hui leader sur le marché des véhicules industriels électriques. Au travers du développement de ses divers véhicules, PVI a montré sa maîtrise de la conception et de la fabrication de chaînes de traction électriques.
      Financement : Oséo
      Coordination : Erwan Chareton, PVI
      Autre partenaire : Renault Trucks
    Catégorie « Coopération internationale » (2 prix)

    Prix 2013

    • Des stress tests pour une mobilité durable : une approche par l’accessibilité
      Porteurs : LET (CNRS,Univ. Lyon 2, ENTPE) et Université technique de Munich)
      Financement : MEDDE/DRI 2010
    • Simulation de l’internet physique
      Porteur : Mines ParisTech
      Financement : MEDDE / DRI 2010

    Prix 2011

    • RAPS : Bruit des transports, Influence de la structure temporelle de la gêne, la performance cognitive et le sommeil
      Description : ce projet a permis l’étude de la qualité sonore des passages de trains et leur influence sur la gêne fonctionnelle. De plus, il analyse l’effet des bruits des trains nocturnes sur la structure du sommeil et les performances cognitives, ainsi que leurs répercussions sur la sphère cardiovasculaire.
      Financement : ADEME, dans le cadre du programme de collaboration franco-allemande DEUFRAKO
      Coordination : Florence Margiocchi , SNCF (Direction de l’Innovation et de la Recherche) et Pierre-Etienne Gautier, alors à la SNCF
      Autres partenaires : En France : Laboratoire d’Imagerie et de Neurosciences cognitives (CNRS, Université Louis Pasteur-Strasbourg, Inserm), Laboratoire Mobilités, Réseaux, Territoires et environnement (Université de Cergy-Pontoise). En Allemagne : CUE (Catholic University Eichst?tt-Ingolstadt), Deutsche Bahn M?nich, DLR Cologne, Ifado Dortmund.
    Catégorie « Thèses » (1 prix)

    Prix 2013

    • Développement de superconden-sateurs pour l’application au véhi-cule hybride
      Porteur : Aurore Dabonot (CEA Grenoble)
      Financement : ADEME 2010

    Prix 2011

    • &Eactue;tude des catalyseurs dédiés aux véhicules roulant au gaz naturel
      Porteur : Marc Salaun
      Description : l’intérêt de cette thèse, préparée au Laboratoire de réactivité des surfaces, (CNRS et université P. et M. Curie) est double. D’une part il s’est intéressé à une spécificité du carburant GNV et à ce que son utilisation implique au niveau de la dépollution. D’autre part, il a apporté des éléments importants sur le chemin d’une meilleure compréhension et d’une plus grande maîtrise des phénomènes impliqués dans la catalyse.
      Financement : ADEME et GDF-Suez
    « Prix spécial du Président » (1 prix)

    Prix 2013

    • BlaBlaCar : Service de réservation de covoiturage en ligne
      Porteur : Comuto SA
      Financement : Bpifrance 2012

    Prix 2011

    • SARI : Surveillance Automatisée des Routes pour l’Information des conducteurs et des gestionnaires
      Description : pour réduire l’accidentalité des routes de rase campagne où se produisent environ 2/3 des accidents, le projet SARI a mis au point des moyens de diagnostic à bas coût, pour détecter et localiser les zones les plus « dangereuses », y analyser les comportements des conducteurs et élaborer des messages à leur intention.
      Financement : MEDDTL (Direction de la Recherche et de l’Innovation et Direction de la Sécurité et de la Circulation routière)
      Coordination : Marie-Line Gallenne, IFSTTAR
      Autres partenaires : 40 partenaires dont 26 laboratoires publics et centres techniques (CNRS, Ecoles d’ingénieurs, Ifsttar, CETE et universités), ainsi que trois conseils généraux (Côtes d’Armor, Maine-et-Loire, Essonne) et 11 entreprises (filiales de grands groupes et PME-PMI).
    « Prix de la Recherche francophone 2011 » (1 prix)

    Prix 2013

    • Oleyia(taxi-moto) : acteurs et usagers d’un mode de transport artisanal récent à Lomé
      Porteur : Assogba Guezere
      Description : analyser les caractéristiques socio-démographiques des acteurs et usagers et décrire les raisons de l’engouement des populations pour le transport par taxis-motos, comprendre les conditions d’émergence d’un modèle loméen de transport urbain, étudier son fonctionnement, ses impacts spatiaux, ses implications socioéconomiques sont les principaux objectifs.
      Financement : M. Guezere a financé la préparation de sa thèse en étant lui-même chauffeur de taxi-moto.

    Haut de page