Le Predit

 

Enjeux
Quatrième programme depuis 1990
Le Predit 4

 

Enjeux

Dans le domaine des transports terrestres, la France s'est dotée, depuis le début des années quatre-vingt-dix, d'un outil de coordination des incitations pour la recherche et l'innovation : le Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres.
Porté par les Ministères chargés de la Recherche, de l’Ecologie et de l’Economie, l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME), l'Agence de l'innovation OSEO et rejoints par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2005, le dispositif de programmation et de suivi est défini par un protocole d'accord signé par les ministres et présidents d'agences impliqués. Ce dispositif interministériel permet la mise en cohérence des objectifs poursuivis par les différents financeurs relativement à la politique des transports, au développement du potentiel de recherche ou à la compétitivité des entreprises. Avec les réseaux d’experts qu’il rassemble, il constitue un atout reconnu pour la gouvernance de la recherche pour les transports terrestres.

Les transports sont particulièrement impliqués dans les enjeux du développement durable, c’est-à-dire par la recherche d’équilibres entre enjeux environnementaux, économiques et sociaux. La place de la mobilité dans les modes de vie contemporains est très importante (recompositions familiales, fractionnement des parcours professionnels, allongement des durées de vie et de retraite…) ; elle est de plus en plus au coeur des systèmes de production et de distribution des marchandises (globalisation, éclatement des lieux de production, réduction des stocks). Mais cette place de la mobilité est pour partie liée au faible coût relatif des transports, alors que la contribution de ce secteur aux pollutions locales (polluants réglementés ou non, bruit) et globales (effet de serre) est majeure, et que les problèmes de congestion sur des infrastructures de plus en plus difficiles à financer et à réaliser sont préoccupants pour l’avenir.

Les entreprises françaises de ce secteur (industrie, opérateurs, services) ont un rang important en Europe et dans le monde. Mais elles ont à faire face à un marché et une concurrence mondialisés, à une réduction relative de leurs marchés nationaux au profit de marchés lointains à normes sensiblement différentes. Dans ce contexte, la recherche et l’innovation forment aujourd’hui des paramètres majeurs de la compétitivité et, par là, de l'emploi, et les équipementiers (de rang 1 et même de rang 2), grandes entreprises ou PME, y prennent une part de plus en plus significative.

Il résulte de cet ensemble de faits que les enjeux de politiques publiques et les enjeux industriels
de ce secteur d’activité sont fortement imbriqués (véhicules propres, sécurité routière, réseaux de transports collectifs, organisation de l'intermodalité...), ce qui justifie l’intérêt et la nécessité d’une coordination interministérielle des soutiens à la recherche et à l’innovation.

Le processus « Grenelle de l'environnement » constitue un événement majeur, notamment pour le secteur des transports. Ses conclusions ont déjà et continueront à avoir des conséquences importantes pour la recherche et l'innovation, tant au regard des technologies et des services que des outils pour les politiques publiques.

Enfin, le nouveau programme cadre de recherche et développement technologique européen (PCRDT) s'inscrit en complémentarité du Predit, en permettant des partenariats plus réduits, des recherches nécessitant plus de confidentialité, des projets très liés aux institutions nationales, et des réponses à des enjeux industriels nationaux.

 

Quatrième programme depuis 1990

  • Le Predit 1 (1990-1994) fut principalement consacré aux innovations technologiques dans les véhicules : TGV, véhicules automobiles, métro automatique léger.
    Ce premier programme a bénéficié de 2,6 milliards de francs (396,4 millions d’euros) de fonds publics.
  • Le Predit 2 (1996-2000) a couvert un champ sensiblement plus large, s’agissant des disciplines engagées (implication des sciences de l’homme et de la société, des sciences de la vie…), mais aussi des objets de la recherche (organisation des services de transport, marchandises, interfaces portuaires…).
    Ce deuxième programme a permis d'engager environ 1400 recherches et a reçu plus de 300 millions d’euros de fonds publics.
  • Le Predit 3 (2002-2007) a été marqué par un effort accentué sur les transports de marchandises et les questions énergétiques et environnementales, effet de serre particulièrement, ainsi que par une diversification des recherches sur la sécurité.
    Ce troisième programme a été doté de 360 millions d’euros de fonds publics.
  • Le Predit 4 (2008-2012) a été officiellement lancé le 19 juin 2008. Il bénéficiera de 400 millions d'euros.

 

Le Predit 4